Vous lisez ? Moi aussi ! Vous écrivez ? Moi aussi ! Alors partageons nos expériences !

Mes expériences de bêta-lectures

Il y a quelques semaines, Elodie Lauret, jeune autrice, avait lancé un appel sur son compte Instagram pour recruter des bêta-lecteurs pour son prochain roman à sortir le chronophage.
J’ai déjà eu l’occasion de réaliser des bêta-lectures de romans ou de nouvelles ( de Colette Abbate, de Julien Laoche,...) et même dans un tout autre domaine de devoirs d’université...
c’est une expérience qui me plaît vraiment, un prisme de lecture différent. Évidemment je suis avant tout lectrice et en tant que telle je dois être séduite par le roman, c’est quand même l’objectif de chaque auteur quand il écrit un bouquin, non ? Mais c’est aussi très utile quand on est auteur soi-même je trouve, j’apprends beaucoup de ce type d’activités, et ça m’aide à creuser ce qui me plaît ou pas.

Le rôle du bêta-lecteur :

Alors le bêta lecteur n’est pas un correcteur qui est un métier à part entière.
Évidemment si je constate des fautes, je les signale.
Etre bêta-lecteur c’est être en capacité de dire ce qui fonctionne ou pas : l’intrigue, est ce qu’elle se tient ? Les personnages sont ils bien construits, sont ils attachants, intéressants, crédibles ? Le rythme, est-ce qu’on s’ennuie, est il trop lent, trop rapide, comme il faut, a-t-on envie d’aller au bout où est ce qu’on se désintéresse du roman et pourquoi ? Ce paragraphe a-t-il lieu d’être ?
Et cette tournure de phrase, cette image est ce que je la comprends est ce qu’elle est fluide ou trop lourde...
Parce que l’idée ce n’est pas de dire ça j’aime ça non, enfin pas seulement, l’idée c’est de pouvoir expliquer pourquoi on aime mieux telle partie, tel personnage et pourquoi ça ne fonctionne pas avec nous dans tel passage ou chapitre...
( on est ok que mon avis n’est pas forcément la vérité absolue, bon en même temps ceux qui me connaissent savent que j’ai toujours raison 🤪😂),
je trouve que être bêta-lecteur est vraiment un rôle important pour la réécriture d’un roman.
En tout cas l’idée c’est d’offrir à l’auteur un autre regard, le recul qu’il n’a plus sur un texte qu’il a écrit et réécrit et dont il connaît à l’avance chaque fin de phrase avant même de la lire, dans lequel il est immergé depuis des semaines ou des mois…
Cette phase là est à la fois simple et compliquée. On est tous capable de donner un avis. Pour autant, il faut faire attention à ne pas utiliser les mauvais critères, du type « ce n’est pas comme ça que je l’aurai écrit », c’est sûr, puisque ce n’est pas toi qui l’a écrit !
Lors d’une bêta-lecture ce n’est vraiment pas la question, là il est important de lire l’œuvre de l’auteur et de l’aider à améliorer le texte en fonction des critères de cohérence du texte, d’émotions, de construction et lien qu’on a avec ses personnages, etc.

La bêta lecture comment ça s’organise.

différentes expériences de bêta-lectures, différents fonctionnements

Comment on devient bêta-lecteurs ?
-J’ai déjà reçu des textes imprimés, sans rien avoir demandé, avec juste « tu veux bien me donner ton avis »,
-J’ai eu des demandes via mail, mp, etc avec un petit descriptif de la part de l’auteur, et qui m’a demandé si je voulais bien accepter de lire le-dit manuscrit et donner mon avis
-J’ai répondu à des appels à bêta-lectures, parce que la description, le synopsis m’intéressait et que l’auteur donnait vraiment envie qu’on lui apporte de l’aide aussi.
Selon les auteurs on reçoit soit un fichier imprimé, soit un fichier numérique ou encore un document partagé en ligne.

Les contreparties
Même si certaines personnes demandent une rémunération, à mon sens la bêta-lecture est une activité bénévole. Effectivement je donne mon temps pour une lecture et des retours construits, mais en contre-partie je peux lire un roman en avant première;)
J’ai eu beaucoup de chance jusqu’à maintenant, j’ai eu le livre terminé en avant-première, certains en version imprimé avec une dédicace, et presque toujours prénom ou mon nom Sandrine Ck dans les remerciements. Et surtout sans jamais rien demandé ou attendre.
On peut trouver de nombreux sites, groupes Facebook avec des membres qui proposent leur service gratuitement, pour le plaisir de la lecture et d’aider. N’hésitez pas à fouiller.
J’aime l’idée d’Élodie qui a demandé parmi ses followers, donc une cible potentielle, de participer à la bêta-lecture. Cela faisait quelques mois que je la suivais sur YouTube, j’ai aussi commencé à écouter ses podcasts et son laboratoire d’écriture, où je suivais l’élaboration et l’avancée de son roman. Du coup quand elle a demandé, j’avais déjà participer en quelques sortes à l’aventure en la suivant chaque jour via le podcast, en écoutant ses extraits, du coup elle m’a donné très envie de le lire et de partager mon avis.

Comment donner son avis :
Selon les fichiers reçus.
Le format papier : j’annote dans les marges et je retape dans un document sur l’ordi pour l’envoyer à l’auteur. Je trouve que c’est la solution la moins pratique, que ce soit pour l’auteur ou pour le bêta-lecteur. C’est hyper « chronophage », fastidieux, noter les pages, la ligne, et pour l’auteur ensuite, retrouver l’endroit où l’on fait le commentaire…

Le document de traitement texte : C’est top, je commente au fur et à mesure du texte avec l’option « commentaire », je choisis si l’auteur ne m’a rien imposé des codes couleurs pour la structure, le rythme, les fautes…

Le document partagé : Un document sur un traitement de texte en ligne, du type Google Drive, sur lequel on peut trouver les même options de commentaires, couleurs, etc. mais où les autres bêta-lecteurs pour intervenir aussi. C’est de loin, à mes yeux, la meilleure méthode, pouvoir échanger avec les autres bêta-lecteurs, et en tant qu’auteur, retrouver tous les commentaires centralisés doit être un avantage non négligeable.
L’inconvénient, de ce que j’en ai vu, c’est que certains bêta-lecteurs, peuvent en faisant une mauvaise manip, effacer tout ou partie de commentaires

Évidement dans tous les cas de figures on peut être amené à préciser notre pensée, il faut rester disponible même après le renvoi du document.

Mon expérience de bêta-lecture avec Elodie Lauret

J’ai beaucoup apprécié la procédure utilisée par Elodie. C'est certainement, la méthode que j'utiliserai le jour où j'aurai mon manuscrit à faire lire.

D’abord elle a choisi 6 personnes. Je trouve que c’était un bon nombre de bêta-lecteurs. Suffisamment pour avoir des avis divers ou convergents, suffisamment si certains laissent tomber en cours de route pour qu’il en reste assez pour aider à la relecture.
Ensuite elle a utilisé Google Drive, c’est à dire un document dans un traitement texte en ligne où chacun des bêta-lecteurs choisis a pu commenter, surligner, réagir aux commentaires des autres, débattre ...
Elle ne nous a pas tout envoyé d’un coup mais un groupe de 5-6 chapitres par semaine. Imaginez la frustration grandissante chaque semaine et en particulier celle où il m’a fallu attendre les tous derniers chapitres !!! Une torture !

Le groupe qui a étudié le roman d’Élodie a super bien travaillé je trouve. Les remarques étaient vraiment pertinentes, pour la plupart convergentes et toujours faites avec une grande bienveillance et du coup ça a créé des échanges vraiment intéressants. On a même tissé des liens.

Elodie est très ouverte aux commentaires, elle n’a jamais cherché à expliquer le pourquoi du comment elle avait fait ou écrit cela, elle a pris les infos, a cherché à creuser parfois les réflexions qui étaient faites et a corrigé ou pas d’ailleurs. J’attends de lire la version publiée.
J’ai vraiment aimé cette expérience comme les précédentes. Je prends toujours beaucoup de plaisir à faire cela et j’ai eu beaucoup de chance je suis tombée sur des romans qui m’ont plu.

Ce n’est pas toujours évident de donner le fond de sa pensée parce que je ne le sais que trop bien écrire un roman est un investissement énorme et notamment un investissement personnel et naturellement on peut être blessé par certains commentaires s’ils sont mal formulés.
Pareil pour les auteurs qui expliquent leur choix, ça m’ennuie toujours un peu mais il faut bien leur dire « si tu dois t’expliquer c’est que ce n’est pas assez clair.,. Seras-tu à côté de chaque lecteur pour faire l’explication de texte ? Non! Donc il faut revoir l’écriture ». C’est en tout cas mon avis.

Si vous en avez l'occasion, vraiment, tentez l'expérience. Attention toutefois, c'est un engagement, l'auteur attend de vous que vous alliez au bout et que vous soyez honnêtes et constructifs dans vos critiques, et il attend après vous, pour avancer dans sa réécriture.

Et si vous souhaitez que je lise votre manuscrit, n'hésitez pas à me contacter !

Lire ma chronique sur le chronophage d'Elodie Lauret

#auteur #bêtalecture #expérience #chronophage #blog #bookstagram #roman #écrivain #écriture #livre #auteurtube #booktube #chronique


Publié le 2 Juin 2020 à 05:00 par SandrineCK
En lien avec cet article :
Auteur(s)
Livre(s)
Éditeur(s)
Commentaires
Elodie Lauretil y a plus d'un mois • Répondre
C'est super intéressant d'avoir ton point de vue de l'autre côté de la barrière on va dire :) C'était vraiment un plaisir de t'avoir en bêta-lectrice ! C'est tout un monde et toute une palette aussi à découvrir la bêta-lecture je trouve, hyper enrichissant. Ça nous apprend énormément sur notre propre écriture.
SandrineCKil y a plus d'un mois • Répondre
Tout à fait d’accord, on décortique les mécanismes différemment d’une lecture « plaisir ». Sans compter que je sais désormais que c’est ton organisation de bête-lecture que je vais adopter, j’ai adoré l’idée qu’on puisse croiser et débattre nos points de vue entre tes bêta-lecteurs.
Ce blog est aussi le votre, laissez un commentaire...
* Facultatif, ne s'affichera pas sur le site
Si vous êtes enregistré, vous pouvez vous identifier. Vous pouvez également vous enregistrer.
Envoyer